« Une prière mixte dirigée par des femmes, une première en France qui bouscule les habitudes des musulmans » (Yousra Gouja et Hanan Ben Rhouma, Saphirnews, 9 septembre 2019)

« La première prière mixte dirigée par des femmes a été inaugurée, samedi 7 septembre, en plein Paris. Une initiative inédite en France qui n’est pas sans faire l’objet de vives critiques parmi les musulmans mais que les porteuses du projet de mosquée Simorgh ont bien l’intention de réitérer et de faire perdurer dans le temps. Reportage.

« Il est temps aujourd’hui pour nous, musulmans de l’islam progressiste, de sortir de l’ombre. » C’est par ces mots qu’Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay ont donné le ton d’un après-midi que d’aucuns parmi des fidèles qualifient avec enthousiasme d’« historique ». Les fondatrices du mouvement Voix d’un islam éclairé (VIE) ont dirigé une prière mixte qui voit se mélanger, aux mêmes rangs, hommes et femmes. Une première qui s’est déroulé, samedi 7 septembre, dans une salle louée pour l’occasion, à une adresse qui doit demeurer discrète par mesure de sécurité. Paris est la seule indication géographique qu’il est permis aux personnes présentes de communiquer.

Dans une salle qui n’a pu, en raison de sa faible capacité d’accueil, contenir qu’une soixantaine de personnes, Anne-Sophie Monsinay et Eva Janadin ont inauguré le projet Simorgh avec lequel elles entendent concrétiser leur vision d’un islam « progressiste » et « éclairé », qui écarte « l’obscurantisme » du chemin qui les mène à Dieu. Elles s’adressent en particulier aux « orphelins de mosquées » que sont les jeunes convertis et d’autres musulmans en quête de sens. Le fait qu’elles soient elles-mêmes converties est un élément explicatif important à leur démarche qui détonne – pour le moins qu’on puisse dire – parmi les musulmans de France.

« Venez comme vous êtes »

Au nom de l’égalité entre les femmes et les hommes, « toute femme qui le désire peut devenir imame, prêcher et prier avec les hommes sans hiérarchie spatiale et dans une totale mixité », estiment-elles. Le voile n’étant « ni interdit, ni obligatoire » à leurs yeux, les femmes peuvent, si elles le souhaitent, ne pas porter le voile pendant les prières. Tout le monde est accepté, sans jugement sur les orientations philosophiques ou sexuelles des fidèles. « Venez comme vous êtes », nous précise un fidèle, Imad.

Anya, la quarantaine en voie de conversion à l’islam et travaillant dans le service à la personne, se reconnaît dans le discours des imames du jour. « J’aime la manière dont elles véhiculent un islam plus libre. Je me sens libre de parler de tout sujet », nous indique-t-elle. Quant à Amine, il nous confie avoir « trouvé un équilibre en s’éloignant de la lecture traditionnelle ».

Autre point important qui tient particulièrement Anne-Sophie Monsinay et Eva Janadin à cœur, l’usage exclusif du français pour leurs sermons (khotba). Toute formule en arabe est traduite pour garantir une compréhension du discours par les fidèles. La prière en soi continue, en revanche, à être faite dans la langue du Prophète de l’islam.

Lire aussi : Plaidoyer pour l’égalité hommes-femmes dans le culte musulman

Des soutiens affirmés à la démarche

Grâce aux « milliers d’euros » qu’Anne-Sophie Monsinay et Eva Janadin disent avoir collectés ces derniers mois par le biais de fidèles, elles ont d’ores et déjà prévu d’organiser un rendez-vous mensuel sur un an, dans des lieux différents, sur le modèle de la prière hebdomadaire du vendredi à laquelle aucune mosquée de France ne déroge.

Simorgh bénéficie de nombreux soutiens parmi lesquels la Fondation de l’islam de France ou encore la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol). Parmi les parrains, figurent aussi Abdennour Bidar et Omero Marongiu-Perria qui, absents le jour de l’inauguration du projet Simorgh, ont exprimé leur soutien à travers des messages lyriques lus à l’assemblée. Ludovic-Mohammed Zahed, président de l’institut Calem et fondateur des Homosexuel-le-s musulman-e-s de France (HM2F) a, en revanche, bien pris part à la rencontre aux côtés de Seyran Ates, imame de la mosquée Ibn Rushd-Goethe de Berlin, et Ani Zonneveld, présidente de l’association Muslms for Progressive Values, aux Etats-Unis, afin de partager leurs expériences.

Une initiative qui n’entend rien « imposer » aux musulmans

« Nous aimerions avoir une alternative similaire en Belgique », nous indiquent Baudoin et Saloua, deux fidèles belges pour qui « il faut déjà que cela prenne en France » pour l’exemple et l’inspiration que l’association VIE peut générer. « Nous espérons que ces temps de prières réguliers aideront ceux qui ont besoin de trouver leur singularité spirituelle », indique, pour sa part, Eva Janadin.

Des règles existent et Anne-Sophie Monsinay et Eva Janadin ont bien conscience de ne pas être dans la « norme ». « Nous sommes souvent accusées de faire de l’innovation », déclarent-elles. Les deux imames rappellent toutefois à qui veut bien les écouter ne rien vouloir « imposer » aux musulmans. Elles finissent d’ailleurs souvent leurs prises de parole par des « attention, il s’agit ici de mon interprétation ». Anne-Sophie Monsinay et Eva Janadin ont reçu plusieurs menaces mais elles gardent le cap car « les menaces sont moins nombreuses que les encouragements ».

A terme, c’est un lieu fixe, la mosquée Simorgh, qu’elles souhaitent inaugurer en France. Un même vœu que formulent les porteurs d’un projet de mosquée similaire appelée Fatima. Ces derniers organisent en septembre un colloque pour faire valoir, eux aussi, leur vision d’un islam « libéral ». »

Source : Yousra Gouja et Hanan Ben Rhouma, « Une prière mixte dirigée par des femmes, une première en France qui bouscule les habitudes des musulmans », Saphirnews, 9 septembre 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *