Mois : septembre 2019

« Voix pour un islam éclairé » (Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay, « Questions d’Islam », France Culture, 15 septembre 2019)

Et pour la première fois en France, deux femmes dirigent la prière. Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay ont cofondé l’association V.I.E (Les Voix d’un islam éclairé). Ce sont deux jeunes femmes à l’intelligence vive. L’une agrégée d’histoire l’autre agrégée de musique, elles sont les chantres d’un islam alliant spiritualité et progressisme. Elles s’attellent à adopter une nouvelle façon d’être musulmane en accomplissant un travail critique mené sur la pratique spirituelle pour faire naître un islam pour notre temps et notre société. Elles viennent présenter leurs idées sans vouloir imposer leur conception et pratique de l’islam. Elles affirment que rien, dans les textes de la religion musulmane, n’interdit l’imamat des femmes.

En réalité, l’obstacle à l’imamat des femmes n’est ni religieux ni théologique mais culturel et psychologique.

Elles viennent d’obtenir les fonds pour pouvoir prêcher une fois par mois pendant un an. Le site officiel des Voix d’un islam éclairé (V.I.E.) – Mouvement pour un islam spirituel et progressiste cofondé par Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay.

Écouter le podcast…

« Une première prière mixte dirigée par des femmes imames à Paris » (Marc Bonomelli, Le Monde des Religions, 10 septembre 2019)

« Fondatrices de Voix d’un islam éclairé, deux jeunes femmes imames ont inauguré le projet de mosquée Simorgh, rendez-vous itinérants dédiés à une pratique progressiste et spirituelle de l’islam, dans la mixité et l’inclusivité. « Un rêve d’enfant se réalise : je vais enfin pouvoir prier avec mes sœurs », se réjouit Kalidou, en souvenir de ses peines d’enfance, quand, à la prière collective, il était séparé des membres féminins de sa famille.

« Une prière mixte dirigée par des femmes, une première en France qui bouscule les habitudes des musulmans » (Yousra Gouja et Hanan Ben Rhouma, Saphirnews, 9 septembre 2019)

« La première prière mixte dirigée par des femmes a été inaugurée, samedi 7 septembre, en plein Paris. Une initiative inédite en France qui n’est pas sans faire l’objet de vives critiques parmi les musulmans mais que les porteuses du projet de mosquée Simorgh ont bien l’intention de réitérer et de faire perdurer dans le temps. Reportage.

« A Paris, deux femmes imams dirigent une prière mixte » (Louise Couvelaire, Le Monde, 9 septembre 2019)

« Une soixante de fidèles ont prié le 7 septembre. Les deux imams veulent proposer un modèle alternatif au conservatisme religieux qui, selon elles, prédomine. Des femmes. Mais aussi des hommes. Là, dans la même pièce, assis côte à côte, au sol, sur un parquet recouvert de tapis. Priant à l’appel de deux imams. En France, la scène est inédite. Samedi 7 septembre, dans un lieu tenu secret, à Paris, face à une assemblée composée d’une soixantaine de fidèles, Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay, âgées de 30 ans et 29 ans, ont dirigé la première prière mixte de la mosquée itinérante qu’elles ont créée.

« Deux femmes imames ont dirigé une prière à Paris, une première en France » (L’Express, avec AFP, 8 septembre 2019)

« Eva Janadin, 29 ans, et Anne-Sophie Monsinay, 30 ans, se sont converties à l’islam il y a 10 ans. Une fois par mois, elles louent un local parisien pour diriger la prière. Sur les tapis de prières, femmes et hommes sont côte à côte sans distinction. Face à eux, dans une salle parisienne, deux femmes imames prononcent le sermon, un moment inédit pour le culte musulman en France. « Que la paix, la miséricorde et les bénédictions de Dieu soient sur vous », déclame en arabe puis en français Eva Janadin, l’une des deux imames, bientôt suivie par l’appel à la prière entonné par Anne-Sophie Monsinay.

« Pour la première fois en France, l’imam est une femme » (Christine Mateus et Vincent Mongaillard, Le Parisien, 7 septembre 2019)

« Le temps est comme suspendu à cet instant précis. Dès les premiers échos de l’appel à la prière, les 70 fidèles sont saisis par cette voix éblouissante qui répète en arabe : « Dieu est le plus grand. » Une voix qui, pour la première fois en France, est féminine. Une voix qui pose définitivement ce moment historique que représente cette première prière mixte dirigée par deux femmes imames, Anne-Sophie Monsinay et Eva Janadin, à la fois « stressées et heureuses ».

Khutba #1 « Immanence et transcendance » (Eva Janadin, 7 septembre 2019)

On attribue au Prophète Muhammad la tradition : « Celui qui se connaît soi-même connaît son seigneur. » Cette approche gnostique a été reprise par de nombreux mystiques musulmans : « Ô toi qui cherches le chemin qui conduit au secret, reviens sur tes pas, car c’est en toi que se trouve le secret tout entier. » Ces mots d’Ibn ʿArabī résument ce que l’on peut appeler l’immanence.

Khutba #1 « Immanence et transcendance » (Anne-Sophie Monsinay, 7 septembre 2019)

Tenter de définir ce qu’est Dieu peut paraître bien ambitieux et indéniablement voué à l’échec. La théologie apophatique l’a bien montré, tenter de définir Dieu avec nos mots, notre langage humain et notre intellect limité ne peut qu’amener à limiter Dieu et le décrire bien en deçà de ce qu’il est réellement. Néanmoins, nous remarquons que le Coran passe son temps à décrire Dieu. La fonction première du texte est de convaincre le peuple récipiendaire de reconnaître l’Unicité de Dieu, de croire en Dieu avant de pouvoir en témoigner au vrai sens du terme, c’est à dire attester de son existence avec la certitude de l’expérience spirituelle. Pour convaincre, Dieu parle de Lui, Il se décrit en permanence. Ainsi, chacun a pu, selon la compréhension qu’il a eu de ces descriptions se faire une image, une idée de ce qu’est ou de ce que pourrait être Dieu.