« La mosquée progressiste à Paris où les femmes peuvent être imam et ne pas porter le voile » (Alba Calejero García, Eldiario.es, 31 mai 2019)  

« Une mosquée mixte et inclusive avec une vision progressiste et spirituelle de l’islam où les femmes peuvent choisir de porter le voile et même de devenir des imams. C’est le projet d’Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay : la mosquée Sîmorgh, qui va être inaugurée à Paris.

Ces deux femmes françaises de 29 ans se sont converties à l’islam il y a une dizaine d’années après avoir lu le Coran et des textes religieux. Eva Janadin, élevée dans un environnement à l’héritage catholique, bien qu’elle ne pratique pas, a expérimenté son approche de l’islam au cours de ses études d’histoire. Elle s’est spécialisés dans l’histoire des religions – en particulier dans la religion musulmane – et après avoir lu le Coran et la Sunna, elle a adopté la branche mutazilite de l’islam, qui conçoit la foi de manière rationnelle.

« J’ai perçu cette religion comme une réalité spirituelle, c’était plus qu’une curiosité intellectuelle », dit-elle. Plus tard, elle a cofondé l’Association pour la renaissance de l’islam mutazilite (ARIM), bien qu’elle s’intéresse également au soufisme, ce qui, selon elle, a fourni « la possibilité de vivre le lien avec Dieu par le biais des rites ».

Janadin dit qu’elle n’avait aucun contact avec les musulmans avant la conversion, car elle voulait d’abord aborder l’islam par les textes religieux. Plus tard, elle a rencontré des musulmanes et des musulmans qui avaient la même vision qu’elle, « qui acceptaient la raison et la foi, la possibilité de percevoir l’islam de manière progressiste et spirituelle ».

Anne-Sophie Monsinay est plutôt attirée par la branche mystique de l’islam : le soufisme. Elles se sont rencontrées via un groupe Facebook appelé « Repenser l’islam », créé autour de la pensée du philosophe Abdennour Bidar. Elles sont les deux cofondatrices du mouvement Voix d’un islam éclairé (VIE) et dirigent le groupe Facebook « Soufisme progressiste ».

La mosquée Sîmorgh sera ouverte en septembre à Paris. Par ce nom, les créatrices de cette initiative aspirent à transmettre la diversité de l’islam. Simorgh ou Simurg est le nom d’un oiseau de la mythologie perse. « Cela change des références arabes, puisque nous voulons faire comprendre que l’islam n’appartient pas seulement aux Arabes ou à un peuple particulier », a déclaré Eva. « Nous voulons montrer qu’il existe une culture islamique au-delà des pays arabes. » Elles soulignent que c’est aussi « le symbole du guide intérieur et la capacité de l’être humain à choisir (sa vie spirituelle) pour lui-même ».

Quiconque souhaite entrer dans la mosquée Sîmorgh doit accepter la mixité, l’inclusivité, la francophonie et les libertés individuelles, principes qu’elles ont présentés dans un rapport avec lequel elles ont annoncé le projet en février dernier. Les hommes et les femmes pourront entrer dans la mosquée, les femmes pourront choisir de porter le voile ou non et auront également la possibilité d’être imams. Eva et Anne-Sophie estiment que l’imam ne doit pas être une figure supérieure aux fidèles dont la parole ne pourrait pas être remise en doute. Les fidèles seront donc invités à débattre. « Nous allons créer un lieu pour faire ce que nous faisons déjà individuellement ou dans des cercles d’amis, mais collectivement », a déclaré Anne-Sophie.

Le plus inconfortable dans cette initiative est la question des femmes. « Le fait de placer le corps d’une femme devant l’assemblée de fidèles dans une mosquée pose un problème, à cause la sexualisation du corps de la femme, ce qui pose le plus de menaces », explique Eva.

Cette mosquée, qui doit ouvrir ses portes en septembre, trouve ses précédents dans d’autres initiatives, comme Ludovic-Mohamed Zahed, un imam gay et défenseur des droits du collectif LGBTI d’origine algérienne, qui souhaitait créer une mosquée favorable aux gays à qui l’on dit habituellement que leur foi et leur homosexualité ne sont pas incompatibles.

La mosquée Mariam de Copenhague, créée par Sherin Khankan, ou la mosquée Ibn Rushd-Goethe, fondée par Seyran Ates, sont d’autres initiatives similaires. Dans ce dernier cas, bien que les femmes puissent décider de porter le voile ou non, ni la burqa ni le niqab ne sont autorisés. Anne-Sophie déclare que cela sera autorisé dans la mosquée Sîmorgh et que cela ne sera pas interdit, mais qu’elle serait étonnée « qu’une personne en burqa ou en niqab vienne, tout simplement en raison de l’imamat des femmes et la mixité que défend la mosquée. En général, les personnes qui portent la burqa ou niqab ne sont pas d’accord avec ces préceptes ».

« Je doute fort qu’une femme en niqab ou en burka vienne avec une attitude de tolérance et d’acceptation de notre vision du culte », a déclaré Eva. « Personnellement, je suis contre ce type de voile. Pour moi, c’est une aberration par rapport à l’islam, un non-sens », ajoute-t-elle. Cependant, elle défend que « dans le cas où une femme irait prier à la mosquée avec une burqa, elle essaierait de lui parler » parce que « si nous passons notre temps à interdire et à exclure, la tension augmentera ».

Un projet progressiste au-delà des femmes

« Nous sommes évidemment en faveur de l’égalité des femmes, car nous proposons qu’elles puissent exercer en tant qu’imams. Nous sommes en faveur de la liberté des femmes de disposer de leur corps, car nous tenons à la liberté individuelle », a déclaré Eva.

« Nous faisons partie du féminisme, mais ce n’est que 1% de notre approche », ajoute-t-il. Anne-Sophie dit que « le progressisme dépasse la question des femmes » et souligne qu’elles cherchent à aller « vers le progrès en matière d’égalité sociale ». Pour Eva, « le problème est que nous ne faisons pas cela parce que nous sommes des femmes ».

Parmi les féministes musulmanes, il existe un débat entre le féminisme islamique et le féminisme laïc. Pour Eva, « le féminisme est quelque chose de laïque » et assure que « en France, cela ne concerne pas la religion ». « Le féminisme est un aspect qui doit être traité séparément, on est dans le cadre des droits de l’homme, qui vont au-delà des différentes confessions religieuses « , remarque-t-elle.

Dans tous les cas, les deux conviennent qu’une révolution sexuelle et des rôles de genre sont nécessaires. Anne-Sophie dit que « la sexualité est importante parce que c’est elle qui crée la tension ». Eva dit que le problème de la sexualité dans les pays musulmans réside dans la société patriarcale : « Nous avons besoin d’une éducation sexuelle qui équilibre et ne considère pas les femmes comme une tentation ».

Dans cette phrase, elle ajoute : « Quand je dis que le féminisme doit être séparé de l’islam, c’est juste parce que le problème de l’islam aujourd’hui est que les musulmans mélangent les choses. Ils diront que l’islam exige d’ignorer les femmes, mais ce n’est pas l’islam ou le Coran qui demandent cela : c’est la société patriarcale. Et la société patriarcale est quelque chose de profane. »

Elles reconnaissent également la nécessité pour les femmes d’interpréter les textes religieux, mais soutiennent qu' »une femme ne va pas nécessairement avoir une vision progressiste ». Eva compare cela à la politique et affirme qu’il y a des femmes très conservatrices : « Ce n’est pas la féminité qui fait le progrès ».

Une mosquée francophone

Une autre nouveauté qu’elles introduisent est la francophonie. Vous pouvez prier en arabe et en français. Anne-Sophie affirme que rien n’oblige à prier en arabe et que le prophète a prié dans sa langue maternelle, il comprenait donc ce qu’il disait. « Tous les musulmans ne maîtrisent pas l’arabe. Beaucoup prient en arabe, car ils ont appris par cœur, mais sans comprendre ce qu’ils disent. Est-il préférable de s’adresser à Dieu dans une langue que nous comprenons ou vaut-il mieux respecter les textes coraniques et préserver la poésie de langue ? » demande Anne-Sophie.

Elles proposeront de prier en arabe ou en français et reconnaissent l’importance de proposer à l’assemblée des fidèles de choisir « car certains musulmans préfèrent la beauté de la langue et prient en arabe même s’ils ne comprennent pas ce qu’ils disent ».

Ce projet sera opérationnel pendant au moins un an. « Nous avons les moyens (pour cette première année). Nous ferons tout pour continuer, bien sûr, mais le principal obstacle est le problème financier », déclare Eva. Elles ont réussi à avancer grâce aux dons des 160 membres qui font partie de l’association de loi 1905 – dont l’objectif est la création de la mosquée Sîmorgh – depuis septembre dernier.

Parmi ses projets futurs figure la création d’une formation destinée aux hommes et aux femmes à devenir imam.

Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay gardent les informations secrètes sur la mosquée pour des raisons de sécurité, afin d’éviter les menaces. « Nous savons très bien que ce projet a suscité beaucoup de controverse. Mais peu de musulmans sont contre ce projet. » La plupart des critiques leur ont été adressées à travers les réseaux: « Ce sont généralement les personnes d’extrême droite qui, individuellement, expriment leur opinion sur les réseaux sociaux ».

Ils ne manquent pas non plus d’opinions qui considèrent l’islam et le progressisme comme un oxymore. Anne-Sophie soutient que « les gens pensent connaître l’islam » et Eva est convaincue qu' »il y a un grand travail de pédagogie à faire ». Les deux donnent des exemples concrets pour montrer pourquoi il y avait eu un progrès social à l’époque de Mahomet afin de déconstruire ce type de préjugé et de parier sur l’utilisation d’arguments théologiques.

« Nous pensons que le Coran a apporté un progrès social, en particulier pour les femmes », a déclaré Eva. Les deux soulignent que l’islam a permis aux femmes d’hériter de la moitié de la part d’un homme et de réduire la polygamie pendant la période du prophète. Anne-Sophie affirme que « pour le moment, c’était une révolution par rapport à la norme sociale ». Eva pense que l’objectif des générations suivantes est de « prolonger ce progrès ».

La France et le concept de laïcité

Selon les données du Centre de recherche Pew, en 2016, 8,8 % de la population française est musulmane, pourcentage qui selon une étude du groupe de réflexion devrait passer à 12,7 %, 17,4 % ou 18,0% d’ici 2050 en fonction des niveaux de migration.

L’islamophobie a augmenté de 52 % en 2018 par rapport à 2017, selon un rapport du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) publié en avril de cette année. Les femmes sont les principales victimes de la discrimination islamophobe puisqu’elles représentent 70 % des victimes, comparées à leurs partenaires masculins.

Eva Janadin a expliqué qu’il était difficile de parler de sa conversion à sa famille : « C’était difficile. Maintenant aussi. L’islam fait peur à cause des attaques et du terrorisme », bien qu’elle affirme que ses amis étaient plus tolérants (que sa famille) par rapport à cela.

Le cas d’Anne-Sophie est quelque peu différent. Sa famille ne le savait que trois ans après sa conversion et elle affirme que son intérêt pour le christianisme quatre ans plus tôt avait suscité davantage d’inquiétude. « Cependant, j’ai été très interrogée et je devais justifier toutes les nouvelles des médias relatives à l’islam », bien que cela ne soit plus un problème et que sa famille la soutient désormais dans tous ses projets.

Les stéréotypes et la discrimination à l’égard des musulmans ont également pénétré dans la sphère institutionnelle. Selon le rapport du CCIF, la Commission des droits de la femme du Parlement européen a déterminé en juillet dernier que la France était le pays européen qui appliquait le plus grand nombre de restrictions vestimentaires, ce qui affecte particulièrement les femmes musulmanes qui choisissent de porter le voile.

Fatma Zragua, doctorante en inclusion et discrimination, note dans le CCIF que la discrimination institutionnelle est le résultat d’une « compréhension idéologique et radicale du concept de laïcité » et souligne que la laïcité est devenue un « instrument de stigmatisation et d’exclusion » au sein des institutions françaises.

Les musulmans et les migrants sont sous les projecteurs des partis nationalistes et d’extrême droite. Dans le cas français, le Front national de Marine Le Pen se distingue, un parti qui a été qualifié de raciste à plusieurs reprises. Le Pen, qui a battu Macron aux élections européennes, a été acquitté d’un crime de haine en 2015 pour avoir comparé la prière musulmane dans les rues françaises avec l’occupation nazie.

À la suite des critiques que le projet a reçues avant de se matérialiser, les fondatrices de la mosquée Sîmorgh sont chargées de clarifier dans tous leurs médias les interventions qu’elles ne cherchent pas à imposer un modèle de mosquée, mais proposent plutôt « une alternative aux musulmans progressistes qui se reconnaissent dans ce type de mosquée. » Anne-Sophie dit que « ces musulmans attendent un tel lieu » et qu’ils ne sont pas là « pour créer des divisions ». »

Alba Calejero García
Source : « La mezquita progresista de París donde la mujer puede ser imam y no llevar velo », Eldiario.es, 31 mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *