Mois : septembre 2018

« Islam de France : nous, « majorité silencieuse », faisons entendre nos voix » (Saphirnews, 19 septembre 2018)

« Très régulièrement, la « majorité silencieuse » des musulmans dits « modérés » est appelée à se mobiliser pour contrer le monopole intellectuel du discours islamiste. Pourtant, nous ne sommes pas silencieux, loin de là. C’est au contraire à force de dire que nous sommes silencieux que nos voix ne sont pas prises au sérieux au sein comme en dehors de l’islam. Le problème, en revanche, est que nos voix ne portent pas assez car nous sommes bien souvent contraints à une vie spirituelle tapie dans l’ombre de l’intimité.

« Musulmanes et musulmans progressistes, sortez de l’ombre ! » (Abdennour Bidar)

« Mettre fin aux financements étrangers du salafisme, instaurer un contrôle public des organismes qui assurent le pèlerinage à La Mecque, instaurer une taxe sur le gigantesque marché du halal, instituer une formation obligatoire aux valeurs républicaines de tous les imams du territoire, etc.  Toutes ces préconisations du rapport rendu au chef de l’État par Hakim el Karoui sont indispensables. Elles ne règleront cependant pas le problème majeur de l’islam de France : son incapacité à faire émerger de ses propres rangs un mouvement progressiste capable de proposer un modèle alternatif assez puissant pour contrer l’idéologie islamiste – sous toutes ses formes, du radicalisme terroriste au fondamentalisme piétiste en passant par ce conservatisme étroit qui règne aujourd’hui presque sans partage dans l’ethos musulman.